Diminuez le stress grâce aux carotènes de l’huile de palme rouge

L’huile de palme rouge extra vierge est non seulement riche en bêta carotènes, mais également en une kyrielle d’autres caroté- noïdes. L’huile de palme rouge est la source végétale naturelle la plus riche en carotènes (caroténoïdes). Cela signifie que l’huile de palme rouge contient 10 à 15 fois plus de caro- tènes que les carottes et 50 fois plus que les tomates. Les effets positifs des carotènes sur le cancer ont été étayés dans un grand nombre d’études. (160) (161) (162). Il existe au moins 600 caroténoïdes et l’huile de palme rouge comprend un vaste éventail d’entre eux, dont les principaux sont le lycopène, la lutéine, la zéaxanthine, la cryptoxanthine, les alpha- et les betacarotènes.
Les bêta- et les alphacarotènes, la lutéine et la zéaxan- thine sont très importants pour les yeux, les alphacaro- tènes sont importants pour le système immunitaire, le lycopène a une action protectrice contre le cancer de la prostate...
Il a été découvert qu’un ensemble de différents caroténoï- des influence beaucoup plus fortement notre corps que si nous nous limitions exclusivement à une dose équivalente de betacarotènes. Le lycopène accompagné de betacarotène protège par exemple beaucoup mieux contre l’oxydation que le lycopène seul. (136) L’administration prolongée d’un supplément d’un seul carotène synthé tique isolé en lieu et place de l’ensemble des caroténoïdes, peut parfois plutôt nuire, qu’être bénéfique à notre santé. C’est pourquoi les carotènes issus d’huile de palme rouge constituent un bon choix, car cette huile contient un éventail unique de différents carotènes. Un ensemble agit toujours avec plus de force, qu’un élément isolé!

Les carotènes confèrent de nombreux avantages à l’huile de palme rouge au niveau de la santé.

Les caroténoïdes ou carotènes sont un groupe de 600 différents nutriments végétaux qui protègent les plantes et après absorption par l’être humain également le corps, la peau et le  cerveau. Un ensemble de carotènes différents exerce un fort effet antioxydant, qui prévient, limite ou rétablit les dommages pouvant être causés par les radicaux libres. En outre, les molécules de betacarotènes constituent un produit de base pour la production de vitamines A dans le corps. Le betacarotène est d’ailleurs aussi appelé ‘provitamine A’. La fonction protectrice des carotènes est énorme:
1. Ils contribuent à la protection contre le cancer
Les carotènes contenus dans l’huile de palme roug
e diminuent les risques de cancer du sein liés aux hormones. (175) L’alphacarotène a prouvé un potentiel plus élevé que le betacarotène à réprimer le développement du cancer. (176)
L’alphacarotène et le lycopène, tous deux présents dans l’huile de palme rouge, réduisent le risque de cancer du poumon. Le betacarotène, la lutéine et la betacryptoxanthine s’avèrent nettement moins efficaces en la matière. (177) L’alphacarotène et en moindre mesure le betacarotène, réduisent le risque de cancer du poumon auprès des souris (133).

Plus la quantité absorbée d’alphacarotène est élevée, moins les cellules de cancer humaines pouvaient se développer au cours des tests de laboratoire. (178) Le risque de cancer du sein augmente lorsque la teneur de betacarotène, de lutéine, d’alphacarotène et de betacryptoxanthine dans le sang diminue. (179) Les carotènes peuvent contribuer à la protection contre le cancer du sein. Des femmes indiennes souffrant de cancer du sein présentent de faibles taux de betacarotène, de zéaxanthine et de lutéine. (180)
L’origine du cancer se situe notamment dans les dommages causés par les radicaux libres au DNA et au RNA des cellules corporelles.
L’alphacarotène protège mieux les membranes cellulaires contre les radicaux libres cancérigènes, que le betacarotène. (134) Les animaux possédant suffisamment de betacarotènes, n’attrapent pas le cancer, même lorsqu’on leur injecte des cellules de cancer. Le lycopène, s’il est apporté par le bais de l’alimentation (tomates et huile de palme rouge), peut réduire le risque de cancer de la prostate de 45%. Les hommes aux pourcentages les plus élevés en différents carotènes dans leur sang courent en outre 36 % en moins le risque de subir des infarctus ou de décéder prématurément. Des chercheurs ont découvert que les fumeurs qui présentent le taux le plus élevé de carotènes variés dans le sang, courent le moins de risque d’encourir un cancer des poumons. (127) Le Dr. F. Chytill de l’université Vanderbilt dit: ‘Les connaissances dont nous disposons à propos des vitamines A (betacarotènes), ouvrent de nouvelles perspectives en matière de thérapies contre le cancer. Le corps est en mesure de réparer des cellules endommagées. Nous avons des preuves émanant de recherches en laboratoire, qui permettent d’affirmer que les cancers du sein, des poumons et les tumeurs cutanées peuvent être freinés grâce à un traitement à la vitamine A (betacarotène). (126)

2. Protection des muqueuses des voies respiratoires Le prof. Keramat Ali de l’université de Dacca, au Bangladesh, a démontré que l’état des enfants souffrant d’une infection des voies respiratoires, de diarrhée et d’autres problèmes intestinaux, s’améliorait par la consommation quotidienne de crackers à d’huile de palme rouge. Durant la période au cours de laquelle ils consommaient des crackers, ils souffraient beaucoup moins des voies respiratoires et des intestins. (167) Les enfants souffrant de caren- ces en betacarotène (vitamines A), développent plus rapidement des problèmes respiratoire et de la diarrhée. (125)
En outre, on peut remarquer que l’huile de palme rouge contient une quantité très importante
d’acide de palmitine, qui constitue précisément l’acide gras le plus important pour un bon fonctionnement des alvéoles pul- monaires. Une quantité suffisante d’acide de palmitine facilite la respiration lors d’efforts soutenus, étant donné qu’il aide les alvéoles pulmonaires à ce déployer et donc à les empêcher à se refermer sur elles-mêmes. L’acide de palmitine assure une tension de surface amoindrie sur les alvéoles pulmonaires.

3 . La protection contre les maladies cardio-vasculaires
Les antioxydants contribuent également à la prévention des maladies cardio-vasculaires. Cela se fait en trois étapes. Tout d’abord, les carotènes et les vitamines E font en sorte que le ‘bon’ cholestérol HDL augmente dans le corps. Ensuite, ils entraînent la dimi- nution du ‘mauvais’ cholestérol LDL. Enfin, ils empêchent l’oxydation du cholesté- rol LDL (l’oxydation durcit le mauvais cholestérol), ce qui constitue un pas décisif dans l’enlisement des artères. Une étude dans le cadre de laquelle 1899 hommes au régime alimentaire riche en graisses ont été examinés, est parvenue à la conclusion que ceux qui avaient le taux le plus élevé de carotènes dans le sang, couraient 36 % de risques en moins d’encourir des maladies cardio-vasculaires. (138)
Le Docteur David Kritchevsky, de l’institut Wistar de Philadelphia (E-U), a dé- montré que la consommation d’huile de palme rouge réduit le plus les risques d’artériosclérose, en comparaison avec l’huile de palme raffinée, blanchie et désodo- risée. La protection contre l’artériosclérose est obtenue grâce aux grandes quantités d’antioxydants contenus dans l’huile de palme rouge, à savoir les carotènes et les tocotriénols. (168). Le risque d’artériosclérose diminue lors de consommation élevée d’alphacarotènes. (137) L’école médicale de Harvard a effectué une étude décen- nale parmi 22.000 médecins et a constaté que ceux qui absorbaient des supplé ments contenant des betacarotènes, couraient 50% de risque en moins de subir des infarctus et des hémorragies cérébrales. (127)

4. La protection des yeux et de la peau
Nous n’avons pas seulement besoin de carotènes dans le combat contre la dégénérescence de la macula (la régression de la vue causée par le vieillissement), elles protègent en outre notre peau contre les rayons ultraviolets, d’après le Dr. Traber de l’université de Berkeley, en Californie. (146)(148)(150)
Les tocotriénols en particulier on un effet inhibiteur dans le corps face aux tumeurs et peuvent être utilisés positivement dans le combat contre le cancer (de la peau).
(147) (149) Le rougissement de la peau dû à la brûlure du soleil est réduite par la consommation de caroténoïdes variés. Les caroténoïdes protègent la peau contre les radicaux libres créés dans la peau par les rayons du soleil (122). Ainsi, les caroténoïdes dans l’huile de palme rouge préviennent-ils la peroxydation des acides gras dans la peau. (134)

Attention: les suppléments de carotènes sont différents des carotènes naturels de l’huile de palme rouge et n’ont pas le même effet.

Tout d’abord: les carotènes naturels ont une structure différente de celle des carotènes chimi- ques. Souvent, les carotènes chimiques utilisés dans les suppléments sont à 100% des ‘isomères trans’ de betacarotènes, qui peuvent nuire à notre santé. Une étude parmi des fumeurs a clairement démontré ce fait. L’absorption de tels carotènes synthétiques a augmenté le risque de cancer des poumons auprès des fumeurs. Ensuite: des études ont suffi samment démontré qu’un ensemble de différentes carotènes, tels qu’ils se présentent dans l’huile de palme rouge, agit mieux que si nous nous limitons à 1 sorte de caroténoïde.

Les carotènes dans l’huile de palme rouge sont bien assimilés

Une étude menée au Burkina Fasso auprès de mères et d’enfants a révélé qu’après avoir cuisiné un an avec de l’huile de palme rouge, le risque de carence en vitamines A diminuait de 40%.(1)
Une autre étude réalisée par le National Nutrition Institute ’Hyderabad en Inde a prouvé que les jeunes en âge scolaire, qui consommaient quotidiennement 5 ml d’huile de palme rouge, les valeurs de sérum du betacarotène s’amélioraient de façon remarquable. (145)

Le Dr. Canefield de l’université d’Arizona aux Etats-Unis, a découvert que les mères allaitan- tes, apportaient davantage de vitamines A et de carotènes à leurs bébés en préparent leur nourriture avec de l’huile de palme rouge, que le groupe de référence qui consommait des capsules de betacarotène.

De nombreux chercheurs ont démontré que le betacarotène chimique absorbé par le biais de suppléments, n’a pas le même effet que le betacarotène tel qu’il se présente dans la nature. Dans les plantes, le betacarotène est toujours assorti d’une variété de carotènes telles que la lutéine, l’alphacarotène, le lycopène, la zéaxanthine, la cryptoxanthine, etc... Ensemble, leur action est parfaite, alors qu’elle l’est moins, voire nulle lorsqu’ils sont séparés. (126)