L’huile de coco, le support idéal pour toutes sortes d’applications

Dans l’ayurveda, on utilise le ghee (beurre clarifié) et surtout l’huile de coco en tant que support pour les médicaments et les mélanges d’épices. Cela s’explique surtout par le fait que l’huile de coco est une graisse très stable possédant une fonction anti-microbienne. A température ambiante, elle peut être conservée pendant 2 ans au moins.
La crème idéale pour les mains: observez la liste des ingrédients d’une crème pour les mains normale. Elle regorge souvent de saletés, d’eau et de mots abracadabrants. Des mots chinois dont on préfère ne pas connaître la signification. En outre, on utilise souvent du parabène sous différentes formes pour la sacro-sainte conservation, produit dont on sait qu’il est cancérigène. Il vaut mieux de moins se laver les mains, que d’utiliser ces crèmes bidon chères ou pas chères. L’huile de coco extra vierge est curative pour les mains sèches. Les très petites molécules de graisse riches en MCT pénètrent rapidement dans la peau. C’est encore mieux si vous ajoutez à l’huile de coco un peu d’huile essentielle de lime, de citron et d’orange. Cela confère à votre crème pour les mains à base d’huile de coco un parfum délicieusement frais. En outre, les huiles essentielles de la lime, du citron, de la mandarine et de l’orange confèrent également à vos mains une douceur soyeuse. Pourquoi ?
L’huile essentielle contenue dans la pelure de ces fruits fait en sorte que l’épluchure conserve son équilibre d’humidité. Faites le test vous-même. Râpez légèrement la pelure d’une lime, d’un citron ou d’une orange. Mettez le fruit avec sa pelure légèrement râpée de côté et vous constaterez après un jour déjà qu’elle est devenu toute dure. La pelure a perdu son huile essentielle après avoir été râpée. Ce que l’huile essentielle peut faire pour la pelure, à savoir réguler l’équilibre d’humidité, elle peut également le faire pour vous.
Convient aussi idéa lement pour les crevasses aux pieds (et aux mains): frottez vote talon avec l’huile de coco chaque soir avant de vous coucher, enfi lez des chaussettes propres et vous constaterez après quelques nuits déjà que vos pieds vont mieux! Combinez ce traitement avec la prise d’une cuiller d’omégas 3/6/9 végétaux par jour.

Un lubrifiant idéal

L’huile de coco est beaucoup plus sûre que les pro- duits à base de dérivés de pétrole et constitue donc un choix idéal en tant que lubrifiant naturel. Elle est beaucoup meilleure que la vaseline, qui est en outre un dérivé du pétrole. D’ailleurs, qui aurait l’idée laisser pénétrer dans son corps ou d’appli- quer sur son corps des dérivés de pétrole ? L’huile de coco est une alimentation vivante et stimule en outre les pulsions sexuelles. Sa teneur élevée en acides lauriques, capryliques et caproniques fait que l’huile de coco combat les infections fongiques et agit de façon curative. Lors d’infections fongiques, consommez beaucoup d’huile de coco (2 à 3 cuillers par jour) et appliquez-la sur le peau et sur le vagin.

L’huile de massage

L’huile de coco pure ou mélangée à l’huile de noix de cajou, l’huile d’olive, l’huile d’amande ou l’huile d’avocat, forme un excellente huile de massage. Si vous utilisez de l’huile de coco pure, est se solidifie à moins de 25 °C et fond lors du massage. Vous la préférez toujours liquide ? Alors mélangez-la avec les huiles susmentionnées et avec quelques gouttes d’huile essentielle de lavande, de camomille, de romarin, de rose, de bergamote ou de santal: ces mélanges vous permettez de profiter pleinement de votre massage. Certaines d’entre elles sont même délicieuses à manger ou à lécher. Attention: certaines huiles essentielles peuvent causer des réactions allergiques chez certaines personnes.

Le dentifrice

L’huile de coco a une fonction fortement anti-bactérienne, antivirale et antifongique. Par con- séquent, il n’y a rien de meilleur, ni de plus naturel pour vous brosser les dents. D’après le Dr. J. Kabara, l’huile de coco pour prévenir les caries dentaires à 80%. En ajoutant un peu d’hui- le essentielle de votre goût et dont vous aimez le parfum, vos dents et votre partenaire vous seront très reconnaissants. De nombreux dentifrices sont bourrés de produits bidons, qu’il est préférable de ne pas mettre en bouche. Même beaucoup de dentifrices ‘naturels’ contiennent une masse de sorbitol pour camoufler les produits médiocres qu’ils entourent. Evidemment, l’huile de coco convient également parfaitement en tant que baume pour les lèvres.

Les cheveux

En Inde et aux Philippines, on sait depuis longtemps déjà que l’huile de coco a un effet fantastique sur les cheveux. Il s’agit du conditionneur parfait pour les cheveux et leur confère un éclat naturel. Une étude a comparé les effets de l’huile de coco, de tournesol et minérale (dérivés de pétrole) lors du traitement de cheveux abîmés ou non endommagés. L’huile de coco était en mesure de mieux limiter la perte de protéines des cheveux abîmés et sains, que l’huile de tournesol ou l’huile minérale. Les chercheurs disent que les molécules de taille particulièrement petite de l’huile de coco est en mesure de pénétrer plus facilement et plus profondément dans le cuir chevelu. (97)
Joke, une herboriste, frotte hebdomadaire les poin- tes mouillées des cheveux de sa petite fille avec de l’huile de coco extra vierge, pour leur donner un éclat naturel et les protéger contre le dessèchement et la souillure extrême. Dans un premier temps, un régime alimentaire équilibré enrichi d’huile de coco et d’un peu d’omégas 3/6/9 constitue bien sûr la meilleure manière d’améliorer la condition de votre peau et de vos cheveux.
La beauté vient avant tout de l’intérieur ! Les germes de blé sont particulièrement bénéfiques aux cheveux. Les germes de blé contiennent beaucoup de silicium et presque toutes les vitamines B nécessaires à des cheveux solides. En utilisant également l’huile de coco extérieurement, vous renforcez l’ensemble d’une manière naturelle. Dans les pays tropicaux, ils s’en servent généralement avant de se laver les cheveux.

L’huile de coco semble également bien fonctionner chez certaines personnes pour les problèmes de pellicules, de squames et de poux. A utiliser avant ou après le lavage. L’huile de coco peut également être utilisée pour faire disparaître les verrues ou les champignons des ongles. Ajoutez l’huile de coco dans une solution d’un peu d’ail pressé et d’un soupçon d’huile tea tree pour renforcer l’ensemble. Appliquer quotidiennement 3 à 4 fois avec la noix de coco lors des repas et ce pendant 2 à 4 mois... et les verrues et champignons disparaîtront. Le pelage des animaux voit également son éclat augmenter avec l’huile de coco, surtout en ce qui concerne les chevaux.

Un déodorant naturel

L’huile de coco constitue un déodorant idéal. Les bactéries qui font sentir la transpiration sont tuées par les acides caproniques, capryliques et lauriques de l’huile de coco extra vierge. En ajoutant encore un peu d’huile essentielle de thym, de romarin, de tea tree ou de sauge, vous renforcez encore le fonctionnement anti-bactérien qui empêche les odeurs désagréables.

L’huile extra vierge dans la cuisine
Très stable et 0% de graisses trans

Etant donné qu’elle contient principalement des graisses saturées, l’huile de coco ne se ran cira pas de si tôt à température ambiante, ni ne changera de structure à des températures élevées. Elle convient idéalement à la cuisson, même au wok, pour rôtir et frire. Pourquoi ? L’huile de coco contient 92% de graisse saturée saine et maximum 2% d’acides gras polyinsaturés (AGPI). Par conséquent, l’huile de coco est 3000 fois moins sujette à l’oxydation que par exemple l’huile de graines de lin et 5 fois moins que l’huile d’olive. L’huile de coco peut se conserver aisément à température ambiante pendant deux ans sans rancir. Elle peut être chauffée à des températures élevées à plusieurs reprises, sans risque de formation de graisses tans ou de radicaux libres. (31)
Cherie et John Calblom, ainsi que Michael Mahaffey, auteurs du livre ‘The complete cancer cleanse’, recommandent vivement dans leur livre de cuire avec de l’huile de coco extra vierge car, disent-ils, l’huile de coco est l’huile la plus stable de toutes les huiles végétales’. (34)
Udo Erasmus considère également l’huile de coco vierge comme la meilleure graisse à chauffer. L’huile de coco extra vierge contient 0% de graisses trans. Il s’agit d’une solution parfaite pour éviter les graisses trans très malsaines dans votre propre cuisine. Si de nombreux fabri cants de produits traités remplaçaient leur huile végétale raffi née et hydrogénée par de l’huile de coco extra vierge, les gens auraient un aspect plus beau et plus sain.

N’utilisez que de l’huile de coco extra vierge de qualité biologique. Il est important d’opter pour de l’huile de coco biologique, non raffinée, non désodorisée et non durcie. La plupart des huiles de coco sont malheureusement raffi nées, désodorisées et décolorées. Ne choisis- sez que de l’huile de coco extra vierge de qualité biologique, qui dégage encore un parfum de noix de coco.

Des frites saines et des fritures saines? Rien que de l’huile de coco extra vierge, rien d’autre s.v.p

Toutes les grandes marques vendent des huiles de friture bon marché, mais malheureusement extrêmement malsaines: l’huile végétale raffinée, l’huile désodorisée, l’huile végétale durcie ou des graisses animales durcies. La plupart des gens, mais aussi des fabricants de biscuits utilisent ces graisses bon marché et raffinées. Ces huiles troublent les fonctions corporelles, sont néfastes pour les membranes cellulaires et pour notre vitalité dès que vous avalez la moindre frite. Après 7 ou 11 fois, ces graisses sont devenues excessivement nuisibles et même les fabricants confi rment qu’elles ne conviennent plus à la friture.
Heureusement, il y a une manière de manger des frites saines, qui seront en outre probablement les meilleures frites que vous n’ayez jamais mangées. Les frites issues de la friture dans l’huile de coco extra vierge sont ultra saines et douces au goût. L’huile de coco extra vierge est une huile super saine qui conserve ces propriétés saines et ne devient pa
s nocive lorsqu’elle est chauffée! En théorie, cette huile peut être utilisée indéfiniment à condition de la filtrer régulièrement. Néanmoins, je conseillerais de la remplacer après 2 ans. Veillez à bien fermer la friteuse après l’utilisation. Attention, donc: n’utilisera pas de graisse de coco désodorisée, durcie, partiellement durcie ou raffi née, mais uniquement de l’huile extra vierge!! L’arôme de coco se perd en grande partie et les frites ont un goût particulièrement doux, qui ne peut être ob tenu qu’avec de l’huile de coco extra vierge.

L’huile idéale pour la cuisson traditionnelle, au wok et en friture?

                     
        % saturé   % mono   % AGPI    
  Le summum! Les seules huiles stables pour la friture, ne doivent être remplacées qu’après 2 ans, à condition de filtrer régulièrement. Excellentes pour la friture, la cuisson et la cuisine au wok  
    Huile de coco extra vierge
  92   6   2    
    Huile de graine de palmiste extra vierge   85   13   2    
                     
  Très bonnes alternatives: pour 7 à 10 fritures,
Très bon pour la cuisson traditionnelle et au wok à une seule reprise
 
    Beurre de cacao extra vierge   59   39   2    
    Graisse de bœuf non durcie   59   38   3    
    Graisse de mouton non durcie   52   45   3    
    Beurre clarifié (ghee)   63   31   6    
    Babassu, Capu Assu et beurre Shea                
                     
  Bonnes alternatives: conviennent moins pour la friture répétée, mais conviennent pour la cuisson traditionnelle ou au wok à une seule reprise  
    Huile de palme rouge extra vierge   50   40   10    
    Graisse de porc non durcie   55   34   11    
    Graisse de canard non durcie   33   56   11    
    Huile de noix de cajou extra vierge   20   73   7    
    Huile d’olive extra vierge   16   76   8    
    Huile de noix de macadam extra vierge   12   71   7    
    Huile d’avocat extra vierge   20   70   10    
    Huile de sésame extra vierge **   13   42   45   & nbsp;
    Huile de tournesol spéciale*   10   81   9    
    Huile de carthame spéciale*   8   80   12    
                     
 

* Les sortes hybrides ne contenant que peu d’AGPI et de nombreux acides gras mono-insaturés, doivent être extra vierges. ** Contiennent de la sésamine qui protège relativement bien les AGPI.

 
                     

Règles générales pur les huiles de cuisson

Graisse saturée saine: convient très bien pour être chauffée, même à plusieurs reprises. Les propriétés sont maintenues, même lorsqu’elle est chauffée. Mono-insaturé: convient pour être chauffée, de préférence pas de façon répétée. Poly-insaturé: ne convient pas pour être chauffée, surtout pas à plusieurs reprises. Ces huiles s’oxydent et sont nuisibles lorsqu’elles sont chauffées, exposées à la lumière et à l’oxygène.
Le point de fumée de l’huile de cuisson est également important. Dès que l’huile commence à fumer, elle est extrêmement nocive. L’ huile qui fume est malsaine. L’odeur âcre de graisse brûlée qui fume s’appelle l’acroléine. L’acroléine cause l’irritation par une pression accrue sur les voies respiratoires et diminue également le rythme respiratoire. Mais étant donné que je conseille à tous de ne pas chauffer au-delà de 180°C, cela ne devrait pas jouer un rôle pré- pondérant. Les températures plus élevées sont non seulement nuisibles pour la graisse, mais aussi pour l’alimentation proprement dite. Les températures élevées génèrent par exemple des amines hétéroclites (des protéines nuisibles) dans l’alimentation. De la même manière, cuisiner au wok à température élevée est également malsain pour la graisse, mais aussi pour l’alimentation.
Le point de fumée varie selon la qualité et le type d’huile. Plus le taux d’acidité est bas, plus le point de fumée est élevé. Plus la qualité de l’huile est bonne, plus le point de fumée sera élevé. Le point de fumée de l’huile d’olive extra vierge peut par exemple se situer entre 139 et 207°C.
Evidemment, les huiles ne sont valables que si elles sont extra vierges (cf. les inconvénients des huiles raffinées): non durcies, non raffinées, non désodorisées, non blanchies, non mani pulées. En outre, il ne faut opter que pour des produits bio car les pesticides, les herbicides, les antibiotiques et les PCB sont surtout stockés... dans les graisses.

 

                 
  LES MAUVAISES GRAISSES DE CUISSON/HUILES SONT:  
        saturé   mono AGPI  
                 
  Ne conviennent pas pour être chauffées            
    L’huile d’arachide   19   51 30  
    L’huile de colza   9   61 30  
                 
  Conviennent encore mois pour être chauffées            
    L’huile de maïs   17   24 59  
    L’huile de soja   14   28 58  
                 
  Conviennent le moins pour être chauffées            
    L’huile de tournesol (normale)   11   21 67  
    L’huile de carthame (normale)   12   13 75  
                 
  Ces huiles contiennent trop d’AGPI et deviennent nocives dès le moment où on les réchauffe.
Non raffinées, ces huiles sont parfaites pour l’utilisation froide et froide exclusivement!
 
                 

 

Presque toutes les huiles de friture vendues spécialement à cet effet sont même nocives froides pour notre santé (car elles sont raffinées), contiennent souvent des graisses trans et devien nent encore plus nocives à chaud (oxydation), quelle que soit la mention sur l’emballage! La plupart des fabricants le savent d’ailleurs eux-mêmes (ou non).

Cuire, cuisiner au wok, frire, génère des monstres de radicaux libres dans les AGPI

Les radicaux libres sont des substances agressives qui nous font vieillir et qui sont corespon- sables pour la plupart des maladies de civilisation. La raison pour laquelle les radicaux libres sont si dangereux, c’est qu’ils contiennent un électron impair. D’un point de vue scientifique, il s’agit d’une situation très instable: c’est pourquoi ils essayent de ‘dérober’ un électron auprès d’un autre molécule afin ‘d’accoupler’ cet électron impair et ainsi créer une situation beaucoup plus stable. Malheureusement, le molécule auquel cet électron est dérobé devient à son tour un radical libre instable. Les radicaux libres engendrent de cette manière une réaction en chaîne dans notre corps et provoquent des dommages à des protéines, DNA et RNA précieux, favorisant l’apparition d’affections telles que le cancer, l’Alzheimer, Parkinson, l’arthrite, les maladies cardio-vasculaires. Etant donné qu’ils deviennent ultra actifs et ultra agressifs lorsqu’ils sont chauffés, l’échauffement d’aliments constitue parfois une importante cause de formation et d’absorption de radicaux libres. Comment prévenir ce mal?
Les radicaux libres attaquent très rapidement les AGPI (raffinés), mais n’ont presque pas ou pas d’emprise sur les graisses saturées stables.
C’est pourquoi il est nécessaire de chauffer les aliments dans des graisses stables, de préférence saturées (huile de coco et de graine de pal miste) ou dans un deuxième temps dans les graisses ou huiles mono-insaturées (p. ex. l’huile d’olive). Ne jamais chauffer dans des AGPI (p. ex. l’huile de soja, d’arachide ou de tournesol). La lumière, l’oxygène et surtout la chaleur, sont néfastes pour les AGPI (acides gras poly-insaturés), surtout lorsqu’elles sont chauffées à des températures de cuisson, de cuisine au wok et de friture. Lorsqu’on chauffe les AGPI, cela génère de nombreuses réactions thermolytiques et oxydantes, qui donnent naissance à des produits nocifs tels que les stérols oxydés, les
acides gras oxydés, les péroxydes, les substances d’hydrogène nuisibles et les liens aroma tiques (par exemple les pak). Intervient alors une réaction en chaîne de radicaux libres. Les radicaux libres réactifs induits par l’ozone peuvent réagir avec des groupes sulfhydryliques de protéines, ainsi qu’avec des acides gras insaturés et sont dans ce cas très destructifs pour les parois cellulaires.

Chauffer les aliments équivaut à changer les aliments

Chauffer cause des modifi cations chimiques tant dans l’huile ou dans la graisse dans laquelle nous effectuons la cuisson, que dans l’alimentation. S. Schaeffer a stipulé dans son livre ‘Instinctive nutrition’, que lors de la cuisson d’une pomme de terre, 400 substances connues et inconnues sont générées. Les changements sont aisément visibles lorsque nous chauffons des graines de maïs et que nous obtenons du pop-corn. Sans oublier qu’en chauffant, de nombreuses substances végétales se perdent, ce qui affaiblit davantage l’alimentation pour lutter contre les radicaux libres. C’est pourquoi d’un point de vue alimentaire, il est absolument proscrit de manger de la nourriture réchauffée. Ces restes vous fournis- sent des calories mais ne confèrent aucune vitalité. Au contraire. Les substances nutritives sont partiellement perdues et la nourriture pul- lule probablement de radicaux libres, sans parler des bactéries qui s’en donnent à cœur joie dans les restes.

La température élevée forme des acrylamides
Comment absorber moins d’acrylamides?

L’alimentation riche en amidon et en sucre réagit avec les protéines à haute température. Cette réaction appelée ‘Maillard’ génère des liens entre les molécules de sucre et les protéines baptisés acrylamides. Ces derniers favorisent le processus de vieillissement, sont cancérigè- nes à forte dose, affectent les nerfs et rendent les hommes stériles. Comment créer moins d’acrylamides?
1. Des tests en Suède, en Angleterre et en Amérique ont démontré que la réaction Maillard apparaît plus souvent à des températures élevées, par exemple lorsqu’on grille, cuit, rôtit, toaste, barbecue ou frit. Plus la température est élevée, plus il y a d’acrylamides.
2. Où apparaissent ces substances dérangeantes ? Une grossière échelle des valeurs a été établie consécutivement à une étude: les chips et les tortillas (500 et plus), le spéculoos, le pain
d’épice, le pop-corn, les corn fl akes, les céréales de déjeuner, les muesli, les gâteaux et le café (entre 200 et 400), les frites et le chocolat fondant (150, ce qui est relativement peu).
3. Les frites maison causent moins d’acrylamides que les frites commerciales, étant donné que ces dernières ont souvent fait l’objet d’ajout de sucre, ce qui favorise la formation d’acrylamides. Des tests ont révélé que le taux d’acrylami- des d’une frite n’est pas celui d’une autre. Aux Pays-Bas, on recommande une moins grande quantité d’acrylami- des dans les frites, en les cuisant dorées et non brunes et de cuire à des températures inférieures à 180°C, de ne pas les cuire préalablement au micro-ondes et de ne pas utiliser des pommes de terre germées.
4. Dans l’industrie, les acrylamides naissent lors de la production de plastiques (donc, utilisez moins de plastiques). Ils sont utilisés lors du traitement de l’eau pota ble (donc, buvez de l’eau de source conditionnée en bouteilles de verre) et enfi n, ils sont présents dans les pesticides, dans certains mélanges jusqu’à 25 voire 30%. Ils empêchent les pesticides d’être volatils et favorisent l’adhérence ra- pide aux légumes, céréales ou fruits vaporisés (bah, Monsanto). Je suis convaincu du fait que les frites bio et la version bio des produits susmentionnés contiendront moins d’acrylamides, ne fut-ce que pour cette raison.
5. Les levures telles que le bicarbonate d’ammonium, utilisé dans les pains d’épice, augmentent la formation d’acrylamides lorsqu’ils sont chauffés.

Morale: faites vos frites bio vous-même, cuisez-les dans de l’huile de coco biologique extra vierge et ne la chauffez jamais au-delà de 180°C.